Qui sommes nous ? Que faisons-nous ?

Huguette LASSORT.

Présidente et fondatrice de CI-BITI Air libre

Conseillère en développement social

ingénieur en formation

éducatrice spécialisée.

expériences antérieures :

- gestion de projets sociaux urbains au Sénégal (Mairie de Dakar) et au Mali (PDSU), financés par la coopération française

- programme de lutte contre l'extrème pauvreté (ENDA Tiers monde)

- encadrement de volontaires pour le développement solidaire (AFVP)

- consultante auprès de mouvements de jeunesse et d'éducation populaire

CI-BITI Air Libre est une association de droit sénégalais enregistrée en 1998

(récépissé n° 09607 / MINT / DAGAT du 19/06/1998).

Elle intervient

- dans la détention, aux cotés de l'administration pénitentiaire, avec les détenus.

- au dehors, pour accompagner les personnes sorties ou libérées, dans leur réinsertion sociale, économique et familiale.

Depuis 1993, avec le programme PDR "Prévention - Détention - Réhabilitation", CI-BITI / AIR LIBRE met en oeuvre une série d'actions dans la plupart des établissements pénitentiaires du Sénégal, en partenariat étroit avec la Direction de l'administration pénitentiaire, avec une priorité marquée pour les femmes et les jeunes en détention.

D'abord sous couvert de ENDA Tiers Monde (ONGI) dans le cadre de ses programmes de lutte contre l'extrême pauvreté, avec la participation du CCFD, de la Coopération Française et Canadienne, et d'autres institutions, son intervention s'est développée dans les directions suivantes :

1/ Amélioration des conditions de détention dans les prisons : réhabilitation des locaux de la détention, installation de sanitaires, d'infirmeries, de salles d'alphabétisation, de bibliothèques, de cuisines au gaz, de parloirs de contact. Par ailleurs, CI-BITI a fortement contribué au respect universel de séparation, dans la détention, entre les hommes, les femmes et les mineurs.

2/ Amélioration des conditions de travail de l'administration pénitentiaire : moderrnisation des postes de garde et des greffes, séminaires de formation des cadres.

3/ Recomposition de la relation entre détenus et encadrement pénitentiaire : les gardiens sont aussi "des encadreurs-pairs" et des formateurs sur des métiers divers, avec le concours d'artisans de la société civile.

4/ Promotion de la formation professionnelle des détenus avec la mise en place d'ateliers de formation / production dans des Maisons d'Arrêt et de Correction (MAC) et des camps pénaux. Formation aux métiers du bois, du fer, artisanats divers, sérigraphie, mobilier et meubles en corne, reliure, broderie et couture. Formation à la gestion de projets aussi bien pour les détenus que pour les agents de l'encadrement pénitentiaire.

Tous les métiers de l'agriculture dans les MAC en milieu rural (Sébikotane, Kolda, Bignona, Vélingara, Sedhiou, Oussouye) : maraîchage, aviculture, embouche bovine et ovine.

5/ Sensibilisation des détenus sur des problèmes de société : lutte contre la toxicomanie, contre le VIH SIDA notamment. Formation à la citoyenneté et remise à niveau scolaire par des programmes d'alphabétisation (en français et en langues nationales), ...

6/ Animations culturelles et sportives.

Libérer la créativé en détention : participation régulière à la FIDAK. Expositions inaugurées par le ministre de tutelle en présence de plusieurs ambassadeurs et personnalités en 1993, 1995 et plus récemment en avril 2010 au Musée national de Dakar. La participation au Festival mondial des Arts Nègres (FESMAN) en décembre 2010, dans une fresque sur la "renaissance africaine et droits humains" au Camp Pénal Liberté VI, peinte par des détenus artistes.

7/ Réinsertion des détenu(e)s sorti(e)s ou libéré(e)s, dans la société civile : dotation en petit équipement ou en matériel de démarrage, et appui à la création de petites unités productives, soit individuelles, soit en GIE.

Et tout un travail d'animation au quotidien avec les directeurs et directrices des établissements pénitentiaire, et leurs travailleurs sociaux, pour créer du lien social et préparer le retour des détenu à la vie en société.

Jean Charles WEIBEL

Juriste

membre fondateur

et coordonnateur des programmes à CI-BITI Air Libre

juriste et gestionnaire de projets au sein de ENDA -

- chargé de la conception, du suivi et de l'évaluation des projets de CI-BITI.

- gestionnaire comptable des projets

- participe à la concertation avec l'encadrement pénitentiaire

situation professionnelle :

Cadre à ENDA Tiers monde

Tous les membres de CI-BITI sont bénévoles :

autres intervenants réguliers ou occasionnels:

 artisans - formateurs - médecins -

- associations de solidarité -

- mouvements religieux -

 

A noter une contribution particulièrement significative de cadres de l'Administration Pénitientiaire aux côtés de CI-BITI : Directeurs - surveillants -

travailleurs sociaux -...

Pour changer le nom de votre site, utilisez 'Page Maître' dans le menu 'Design'

www.cibiti-senegal.com

Vous voyez une version text de ce site.

Pour voir la vrai version complète, merci d'installer Adobe Flash Player et assurez-vous que JavaScript est activé sur votre navigateur.

Besoin d'aide ? vérifier la conditions requises.

Installer Flash Player